Reculer Différents types de crises

Les crises peuvent durer quelques secondes ou quelques minutes. Elles sont caractérisées par une variété de symptômes. Ces symptômes varient d’un simple regard fixe à des secousses brusques des membres, des convulsions ou une brève perte de conscience.

Note importante : Nouvelle classification des crises, 2017 :
La Ligue internationale contre l’épilepsie (ILAE), le principal organisme scientifique mondial voué à l’étude de l’épilepsie, a publié récemment une nouvelle version de la classification des crises. Ces changements ont pour objet de faciliter la description des crises, du diagnostic et du traitement.

Puisque l’adoption de nouveaux termes n’est pas toujours immédiate, il est important de connaître la terminologie parallèle (termes plus anciens). Le tableau ci-dessous présente les deux terminologies.

Pour obtenir le traitement le plus efficace, il est essentiel que vous connaissiez le type de crise dont vous êtes atteint. Le tableau suivant présente une vue d’ensemble des différents types de crises :

Classification des crises proposée par l’ILAE en 2017

Terminologie parallèle

CRISES FOCALES : Les crises focales émanent d’une région précise, dans un hémisphère du cerveau.

Les crises focales comportent une sous-classification qui tient compte de l’état de CONSCICENCE et des manifestations MOTRICES (voir ci-dessous).

Crises partielles
  • Crise focale sans perte de conscience Dans ce type de crise focale, la personne est pleinement consciente de ce qui se produit, même si elle est incapable de parler ou de répondre.
Crise partielle simple
  • Crise focale avec perte de conscience Dans ce type de crise focale, la personne n’est pas toujours consciente ou manifeste des signes de confusion pendant la crise. Même si la personne a une vague idée de ce qui s’est produit, ce type de situation est caractérisé comme étant une crise focale avec perte de conscience.
Crise partielle complexe
  • État de conscience inconnu : L’état de conscience est parfois inconnu lorsque personne n’est témoin de la crise. Dans un tel cas, le terme conscience doit être évité, ou encore la situation peut être décrite comme un état de conscience inconnu.
 
  • Crise focale avec symptômes moteurs : Ce type de crises focales est caractérisé par des mouvements pendant leur survenue, comme des mouvements saccadés, des secousses ou des contractions de certaines parties du corps ou des automatismes (mouvements involontaires comme se lécher les lèvres, se frotter les mains, battement des pieds ou fugues).
 
  • Crise focale sans symptôme moteur : Ce type de crises focales est caractérisé par une altération sensorielle ou émotive, d’une modification de la pensée ou des expériences (sans manifestation motrice).
 

CRISES GÉNÉRALISÉES : Les crises généralisées émanent des deux hémisphères du cerveau et mettent en cause ces deux hémisphères.

On tient toujours pour acquis que les crises généralisées affectent la faculté cognitive et l’état de conscience d’une personne. Par conséquent, les crises généralisées ne comportent pas de sous-classification tenant compte de l’état de CONSCIENCE. Elles peuvent toutefois comporter une sous-classification qui tient compte des manifestations MOTRICES (voir ci-dessous).

 
  • Crise généralisée avec symptômes moteurs : Ce type de crises généralisées est caractérisé par des mouvements pendant leur survenue, comme des mouvements saccadés, des secousses ou des contractions de certaines parties du corps ou des automatismes (mouvements involontaires comme se lécher les lèvres, se frotter les mains, marcher ou courir). Ces crises comportent de nombreuses sous-classifications qui sont décrites ci-dessous.

Crise atonique (effondrement épileptique) : Ce type de crise généralisée, qui est caractérisée par une perte soudaine de tonicité et de force musculaires, peut provoquer un affaissement soudain de la tête sur la poitrine, une chute des objets tenus à la main, une perte de force dans les jambes, une perte d’équilibre ou des blessures potentielles.

Crise myoclonique : Ce type de crises est caractérisé par une contraction brusque et soudaine des muscles, semblable au fait de recevoir une décharge électrique.

Crise tonico-clonique : Ce type de crises est caractérisé par une chute au sol (phase tonique) suivie de mouvements saccadés (phase clonique).

Convulsion (crise de grand mal) : Ce type de crises est caractérisé par des contractions intenses du corps, des mouvements saccadés, une salivation excessive (écume autour de la bouche) et la perte de contrôle de l’urètre, suivie d’une période de confusion.

  • Crise généralisée sans symptôme moteur : Ce type de crises est caractérisé par un changement de courte durée de l’état de conscience, un regard fixe et, à l’occasion, des mouvements involontaires et répétitifs, comme un pincement des lèvres.

Absence épileptique

Petit mal

CRISE FOCALE ÉVOLUANT VERS UNE CRISE BILATÉRALE : Ce type de crises émane d’une région spécifique, dans un hémisphère du cerveau, et se propage ensuite aux deux hémisphères.

Généralisation secondaire

Crise secondairement généralisée

CRISE DE CAUSE INCONNUE : Ce terme est utilisé pour décrire des crises lorsque la cause est inconnue. La désignation du type de crise peut être modifiée après la détermination du le point d’origine dans le cerveau de la personne atteinte de crises.

 

Autres définitions et types de crises :

Aura: Signe qu’une crise pourrait être imminente, souvent décrite comme « une sensation étrange ». L’aura est, en fait, une crise de légère intensité qui pourrait devenir plus intense ou se résorber.

Épilepsie partielle continue: Type de crise rare qui consiste en des mouvements saccadés répétés de longue durée. Ce type de crises est souvent associé à l’encéphalite de Rasmussen.

Crise hyperpyrétique :Crise provoquée par une forte fièvre chez les enfants âgés de moins de cinq ans. La plupart de ces enfants ne développent pas l’épilepsie.

Crise hystérique : Crise qui ressemble cliniquement à une crise épileptique, sans toutefois comporter de décharges épileptiques dans le cerveau. Ces crises, aussi appelées « crises pseudo-convulsives », sont généralement attribuables à un stress psychosocial intense.

État de mal épileptique : Trouble médical associé à des crises répétées qui se manifestent le même jour ou à des crises prolongées qui exigent des soins médicaux d’urgence.

Vidéo : Les régions fonctionnelles du cerveau

Vidéo : Classification des crises épileptiques